Publié le 2 Janvier 2014

Des vœux en chiffres et en lettres.

 

 

2 = Deux fois plus d'argent. 0 = Zéro souci. 1 = Une bonne année. 4 = Quatre  raisons de ne pas s'en faire.

 

 

 

Alignez les chiffres, ça donne 2014

Voir les commentaires

Rédigé par Le blog sur Chatillon sur Indre

Repost0

Publié le 24 Décembre 2013

 

 

 

Celui qui n'a pas noël dans le cœur

 

ne le trouvera jamais au pied d'un

 

arbre.

 

 

 

 Roy Lemon Smith

 

Voir les commentaires

Rédigé par Le blog sur Chatillon sur Indre

Repost0

Publié le 23 Décembre 2013

La campagne était froide à c’t heure là. Le vent claquait et balayait le givre sur la route déserte. Les arbres s’agitaient au rythme du tribou* et la lumière faiblissait de minute en minute. Le bar-tabac affichait complet, Mme Chamaille trônait derrière sa caisse à arreuiller** les hommes sirotant leur p’tite goutte. Le froid avait gelé les parlements, pas mouches qui pètent, qu’on entendait, seule la campaine**** tintait quand l’un d’eux partait ou rentrait.

Nous, on était en face, ou presque de l’autre côté de la rue, juste sur la drette de la maison au volet rouge, c’est là que se trouvait l’école, toute une ribambelle d’agouant mal dégrossis à arder**** par d’ssus le muret, pellu***** de cagoule en laine qui gratte et de gants troués. On avait beau s’dégoudir les doués en soufflant dedans, il y avait plus de trous que d’laine. Alors on zieutait le bar-tabac comme si on allait le braquer. C’est exactement cela ! On attendait avec impatience, la fin de l’école pour aller la dévaliser, car c’était le jour ! Celui où la mère Chamaille recevait les sucres d’orge de Noël, des bâtonnets en forme de canne, rouges et blancs.

M. Légron, notre instituteur, nous guettait de la véranda, il devait aussi parler avec Madame, sa fumelle. On cherchait toujours à les espionner habituellement, mais là, l’affaire était trop sérieuse. Nous élaborions dans nos têtes des stratègies pour prendre d’assaut le bar-tabac. On s’est tous tourné à son signal, M. Légron venait de taper deux fois dans ses mains, et comme nous étions une petite troupe très obéissante, on s’est mis deux par deux devant la porte de la véranda. Fallait pas manquer l’appel ! Ça non ! C’était pas un drôle le monsieur Légron ! La chaleur nous étreignait lorsque nous franchissions le perron, mais pas que la chaleur, les odeurs aussi, celle du bois de chêne des bureaux franchement cirés et puis surtout celle du goûter qui nous attendait.

C’était mon dernier goûter de Noël. Je ne le savais pas encore, je sentais bien qu’il y avait quelque chose qui se tramait. J’avais volé quelques bribes de conversation entre mon père et mère, un soir juste après mon bain. Ils n’avaient pas remarqué ma présence.

- Tu as des nouvelles pour Rennes ? s’enquit ma mère

- J’ai une autre proposition en Normandie pour le mois de Septembre.

Normandie, Rennes ? C’est quoi, c’est où ? C’est qui ? Je n’avais pas vraiment compris les enjeux de ces mots. Le temps n’avait aucune emprise sur moi, j’étais insouciant.

On se dispersait les uns derrières les autres dans nos classes respectives. Les mains devant nous sur la table tendues, je jetais un coup d’œil par la fenêtre : je serais le premier si je cours le plus vite, je pourrais m’acheter mes deux friandises.

- Les enfants, on va tous aller dans quelques instants dans le réfectoire, dit solennellement M. Légron. Une surprise vous y attendra.

On n’y tenait plus. Bruno, mon meilleur copain, se leva un petit peu trop brusquement :

- Faux départ ! Veuillez-vous assoir à nouveau et dans le calme!

Je l’ai fusillé du regard, le Bruno, je me souviens bien ! A cause de lui, la classe d’à côté est parti avant nous. C’est lorsque le bruit des pas sur le parquet se sont éteints que M. Légron nous invita à rejoindre nos camarades. Devant nous se dressait une table avec un bol en verre qui se casse en mille morceaux lorsqu’il tombait par terre, et juste à côté de celui-ci, une orange et deux grottes en chocolat. Il aurait fallu immortaliser cet instant, tous ces yeux rivés sur la dame de cantine. Je me souviens de son goût de ce lait chocolaté, de cette ambiance de recueillement, de cette chaleur humide, du givre sur les fenêtres, de ce bien être paisible qui s’était installé entre nous. L’après-midi passa rapidement afféré à nos occupations de décorations. Une atmosphère de joyeuse communion s’était installée. Elle perdura jusqu’à la fin de la journée. Et puis la tension monta d’un cran. Je m’étais préparé à l’assaut final. Quand le départ fut donné, je me précipitais le premier dehors tel un guerrier en furie, j’enfilais mon manteau et passai ma cagoule d’un geste, d’un seul.

Je franchis le seuil de la porte le premier, suivi d’une dizaine de mes petits camarades. Je fus le premier servi, mais au moment de payer, mes poches étaient vides. Mon franc avait disparu. Ma peine devait se lire sur mon visage. On ne pouvait pas dire qu’elle était très aimable, ni qu’elle aimait les enfants, mais elle avait bon cœur cette dame. En me tendant mon sucre d’orge, elle me dit : « Tiens barbouillaud, t’a pas d’picaillon mais agrape le quand même. J’te souhaite joyeux nau****** ! »

Je vous souhaite de joyeuses fêtes de "Nau" avec ou sans picaillon dans votre pochon!

Traduction ……………………………….

tribou* : Tourbillon de vent

arreuiller** : Regarder avec des yeux vifs

campaine***: une cloche

arder****: regarder

pellu*****: couvert

les doués : les doigts

Nau******: noël

Source: unefoisparmoi.wordpress.com

Voir les commentaires

Rédigé par Le blog sur Chatillon sur Indre

Publié dans #Curieux et insolite

Repost0

Publié le 22 Décembre 2013

Les premières traces des marchés de Noël remontent au XIVe siècle en Allemagne, sous l'appellation « Marché de Saint Nicolas ». Le premier document relatant un marché de Noël est daté de 1434 sous le règne de Frédéric II de Saxe, évoquant un « Striezelmarkt » qui a eu lieu à Dresde le lundi précédent Noël. Plus tard, la Réforme a perpétué la tradition en le rebaptisant « Christkindlmarkt » (marché de l'Enfant Christ) pour lutter contre le culte des saints. Le marché de Noël de Strasbourg date de 1570, celui de Nuremberg de 1628.

Au XIXe siècle, le Christkindelsmärik (en alsacien) se tenait au Frohnhof (place aux corvées) entre la cathédrale Notre-Dame de Strasbourg, le palais des Rohan de Strasbourg et le musée de l'Œuvre Notre-Dame (actuelle place du château) et avait lieu huit jours avant Noël et jusqu'à la messe de minuit.

Source:Wikipedia

Photos de JP.©
Photos de JP.©
Photos de JP.©
Photos de JP.©
Photos de JP.©
Photos de JP.©
Photos de JP.©
Photos de JP.©
Photos de JP.©
Photos de JP.©
Photos de JP.©
Photos de JP.©
Photos de JP.©
Photos de JP.©
Photos de JP.©
Photos de JP.©
Photos de JP.©

Photos de JP.©

Voir les commentaires

Rédigé par Le blog sur Chatillon sur Indre

Publié dans #Chatillon Pittoresque

Repost0

Publié le 22 Décembre 2013

Photos de JP.©
Photos de JP.©
Photos de JP.©
Photos de JP.©
Photos de JP.©
Photos de JP.©
Photos de JP.©
Photos de JP.©
Photos de JP.©
Photos de JP.©
Photos de JP.©
Photos de JP.©
Photos de JP.©
Photos de JP.©
Photos de JP.©
Photos de JP.©
Photos de JP.©
Photos de JP.©
Photos de JP.©
Photos de JP.©

Photos de JP.©

Voir les commentaires

Rédigé par Le blog sur Chatillon sur Indre

Publié dans #Chatillon Pittoresque

Repost0

Publié le 22 Décembre 2013

Photos de JP.©
Photos de JP.©
Photos de JP.©
Photos de JP.©
Photos de JP.©
Photos de JP.©
Photos de JP.©
Photos de JP.©
Photos de JP.©
Photos de JP.©
Photos de JP.©
Photos de JP.©

Photos de JP.©

Voir les commentaires

Rédigé par Le blog sur Chatillon sur Indre

Publié dans #Manifestations.Festivités du canton

Repost0

Publié le 20 Décembre 2013

L'historique

Histoire des seigneurs d'Argy

Les premiers seigneurs d'Argy nous sont connus par les cartulaires : ceux de l'abbaye du Landais, de Beaugerais et de Villeloin. Un Archambaud est cité en 1115 pour ses donations à ces fondations religieuses ainsi que quelques-uns de ses successeurs. Au XIIIème siècle, les seigneurs d'Argy sont vassaux de ceux de Buzançais, et sont aussi seigneurs de Palluau sur Indre. Cette première lignée s'éteint à la fin du XIIIème siècle. La châtellenie d'Argy passe ensuite aux seigneurs de Prunge, puis à lafamille de Brillac.

La famille de Brillac

La première mention hypothétique de cette famille se trouve dans un texte daté de 1317 qui parle d'un partage de terres entre Jehanne fille de feu Jean Troussebois jadis seigneur de Laleu et Guyard fils de Guyard Guy, chevalier, sire de Chabannes et d'Arge

Certains historiens font appartenir ce Guyard Guy à la famille de Brillac, mais il est difficile de dater avec précision leur arrivée et leur prise de possession de la châtellenie d'Argy.

En 1366, un Guy de Brillac fait aveu à Guy de Chauvigny de son châtel et châtellenie de Prungé, mais il n'est pas question de la seigneurie d'Argy. En 1404, autre repère, nous trouvons un aveu et dénombrement de Guyard Guy de Brillac seigneur d'Arge de Chabanet et de Prunge du château et châtellenie de Prunge.

En réalité, c'est seulement à partir de la moitié du XVème siècle que nous sommes vraiment bien documentés sur la famille de Brillac, et plus particulièrement à l'époque de Pierre, chevalier, seigneur d'Argy, conseiller et chambellan du roi Louis XI.

Les Brillac d'Argy ; Origine et ascension

Cette famille serait d'une ancienne lignée de chevalerie originaire de la Basse-Marche selon certains auteurs, mais d'autres la font venir du Poitou ou de Touraine. En tout cas, au XVème siècle, cette famille connaît la faveur royale et l'ascension sociale. un certain Guy de Brillac - qui n'est pas seigneur d'Argy -, époux de Marie ou Marthe de Pompadour, est ambassadeur de Charles VII à Milan ; il a deux fils : Antoine - seigneur de Villemexant - et Clément de Brillac - évèque de Tulle.

Nous trouvons ensuite un Jean de Brillac de la famille des seigneurs d'Argi en Berry qui a trois fils : Georges de Brillac, seigneur de Courcelles-le-Roi, mentionné comme chambellan du duc d'Orléans en 1455, François de Brillac, évèque d'Orléans et Pierre de Brillac, seigneur d'Argy.

François de Brillac mérite une mention particulière, car il semble avoir joué un rôle historique relativement important. En 1476, il célèbre le mariage de Louis d'Orléans avec Jeanne de France - fille du roi Louis XI. Louis d'Orléans deviendra plus tard Louis XII, et la famille de Brillac semble attachée à ce monarque, d'autant plus que Georges de Brillac, frère de François et mentionné plus haut etait déjà chambellan du duc Charles d'Orléans (le poète), père de Louis XII. Comme nous le verrons plus loin, les liens entre la maison d'Orléans se poursuvront à la génération suivante. François de Brillac participa également à une assemblée d'évêques où il fut question d'une croisade. Enfin il s'occupa de l'achèvement de la construction de la cathédrale d'Orléans. Il possaidait une grande fortune et jouissait des revenus des châteaux de Meung et Pithiviers.

Pierre de Brillac, fils de Jean, hérita de la seigneurie d'Argy. Il est le premier seigneur sur lequel nous soyons vraiment bien documenté : il occupe la charge de conseiller et chambellan du roi Louis XI. Il épousa Anne de Tranchelion, de la famille des seigneurs de Palluau sur Indre, qui devaient posséder une fortune assez confortable, puisqu'ils firent reconstruire une grande partie de leur château. Pierre de Brillac, réalisa donc une alliance avec la noblesse locale. Avec lui, les seigneurs d'Argy cessent d'âtre les vassaux de ceux de Buzançais. A la suite d'un différent avec Antoine de Prié où Pierre de Brillac fit appel au roi, les seigneurs d'Argy relèveront directement des rois de France, à cause de leur château de Tours et les actes de foi et hommages leur seront adressés et non plus aux seigneurs de Buzançais.

De son mariage avec Anne de Tranchelion, Pierre de Brillac eut deux fils connus : Charles et Christophe ; ce dernier ne naquit pas à Argy mais à Bourges, comme son oncle ; il fit une brillante carrière ecclésiastique qu'il termina comme archevêque de Tours de 1514 à 1520.

Charles de Brillac

Charles de Brillac est le seigneur d'Argy qui nous intéresse le plus, puisqu'il fit reconstruire le château d'Argy. Il est écuyer du roi, capitaine de Loudun, seigneur d'Argy et de Mons et termine sa carrière comme Maître d'Hotel ordinaire du roi Louis XII. Il meurt à Milan en 1509. Il fit donc un ou plusieurs voyages en Italie et a pu y admirer les édifices du quattrocento alors presque neufs. C'est visiblement un personnage bien en cour ; frère et neveu de grands prélats, fils d'un chambellan, sa charge de maître d'hôtel ordinaire du roi implique qu'il côtoie la personne royale au moins plusieurs fois par an. De plus il réalise une alliance fructueuse en épousant Jeanne de Varye, fille de Guillaume de Varye, homme de confiance de Jacques Coeur. Celle-ci lui apporte une dot considérable à la hauteur des finances de Guillaume de Varye. On peut penser que Charles de Brillac hérita d'une partie de la fortune des Varye : Une partie de la fortune des Varye, acquise dans les affaires de Jacques Coeur, et confirmée par la confiance royale, permit à Charles de Brilhac la transformation de la forteresse d'Argy. De son union avec Jeanne de Varye, Charles de Brillac eut une fille prénommée Renée. Nous savons également que vers 1500, Charles de Brillac épouse en seconde noce Louise de Balzac d'Entragues. C'est aussi à cette époque qu'il entreprend la reconstruction du château d'Argy et tout porte à croire qu'il le fit grâce à l'héritage de Jeanne de Varye décédée. Louise de Balzac était issue de la bonne noblesse d'épée : les Balzac d'Entragues nous sont bien connus et eurent des réprésentant célèbres, notamment Charles dit le bel Entraguet et surtout Henriette de Balzac d'Entragues, Marquise de Verneuil (après 1610) et favorite d'Henri IV. Cette famille possède charges et seigneuries importantes.

C'est donc à cette époque - vers 1500 - que les Brillac d'Argy connaissent leur apogée, avec la génération de Charles et Christophe : les revenus ecclésiastiques combinés aux revenus des seigneurs ainsi qu'à une alliance matrimoniale fructueuse, procurèrent à cette famille une grande aisance financière.

Les derniers Brillac d'Argy

Charles de Brillac eut plusieurs enfants de son mariage avec Louise de Balzac : l'aîné, Jacques, devient seigneur d'Argy à la mort de son père. Il est tantôt qualifié de chevalier de Saint Georges, tantôt de chevalier de l'ordre du roi. Il naquit entre 1500 et 1510, époque à laquelle Charles de Brillac était époux de Louise de Balzac. Il sert à la compagnie des cent gentilshommes de la garde du corps.

Après 1520, il hérite de son oncle, Christophe de Brillac archevêque de Tours, et constitue une rente en faveur des chanoines de l'église cathédrale de Tours.

Jaques de Brillac épousa Geneviève de Poizieux qui meurt en 1589. De cette union naquit un fils, René, qui devint seigneur d'Argy à la mort de son père. Il épousa Jacqueline de Savonnières dont il eut un fils prénommé Jacques et dernier descendant mâle des Brillac d'Argy qui mourut avant son père René.

La succession des Brillac d'Argy

A ce moment - vers 1584 ou 1585 - la châtellenie d'Argy revint à Dame Geneviève de Poizieux épouse du défunt Jacques de Brillac, mais à la mort de celle-ci se pose un épineux problème de succession : celle-ci est partagée entre Jean de Saint-Auy, seigneur d'Aiguemortes, héritier par alliance avec Charlotte de Brillac et Jacquette de Rilhac, épouse de Louis de Crevant et héritière de Jeanne de Varye.

Finalement, la succession des Brillac échoit à Messire Louys de Crevant, chevalier des ordres du roy, Conseiller en ses conseils d'Estats et privé, Capitaine de Cent Gentilshommes de sa Maison, gouverneur pour sa majesté de la Ville de Compiègne, ...

La châtellenie d'Argy du XVIIème siècle à nos jours

Parmi les seigneurs d'Argy qui succèdent aux Brillac, beaucoup n'ont laissé que peu de traces de leur passage ou n'ont pratiquement pas résidé au château. Il faut noter toutefois Jean Phelyppeaux, seigneur de Buzançais et de Palluau, qui fit construire les bâtiments de la basse-cour pour Dame Elizabeth Blondeau, ou du moins une partie de ceux-ci, car ces constructions ne sont mentionnées qu'à partir du moment où il posséda la châtellenie d'Argy.

Après lui, Jacques Leon Le Bouthilier de Chavigny, héritier de Dame Elizabeth Blondeau acquiert la seigneurie ; il ne la garda que 5 ans. En 1699, il l'échange avec Monseigneur Paul de Beauvilliers duc de Saint Aignan, personnage considérable à la cour de Louis XIV, possédant de nombeuses charges et seigneuries et qui n'occupa pas le domaine puisqu'il ne prit même pas la peine de venir prendre possession de son bien, et commit l'un de ses hommes de confiance à cette tâche.

Après diverses familles de haute noblesse, la châtellenie d'Argy échut par adjudication à Claude Douet de la Boulaye en 1766. C'est lui ou son successeur qui firent abattre l'aile Ouest du château. Les sources font apparaître que les Douet s'occupèrent activement du domaine. Ils établirent même un inventaire des archives et des titres de propriété de la seigneurie d'Argy.

Au début du XIXème siècle, le domaine passa à la famille De Lamotte qui s'occupa aussi avec intérêt du domaine et résida au château. C'est probablement à cette famille que nous devons la construction de l'aile XIXème en place du corps de logis primitif. Différents propriétaires se succèdent ensuite, jusqu'à l'abandon des bâtiments à la dernière guerre mondiale.

Source:chateaudargy.fr

Photos de JP
Photos de JP
Photos de JP
Photos de JP
Photos de JP
Photos de JP
Photos de JP
Photos de JP
Photos de JP
Photos de JP
Photos de JP
Photos de JP
Photos de JP
Photos de JP
Photos de JP

Photos de JP

Voir les commentaires

Rédigé par Le blog sur Chatillon sur Indre

Repost0

Publié le 9 Novembre 2013

Photos de JP
Photos de JP
Photos de JP
Photos de JP
Photos de JP
Photos de JP
Photos de JP

Photos de JP

Photos prises au lieu dit "L'aumelette ".Point culminant "haut " des environs de Chatillon sur Indre .

Voir les commentaires

Rédigé par Le blog sur Chatillon sur Indre

Publié dans #Chatillon Pittoresque

Repost0

Publié le 9 Novembre 2013

La Huppe fasciée (Upupa epops) est une espèce d'oiseau, l'une des trois représentantes de la famille des Upupidae et du genre Upupa. Les deux autres espèces, la Huppe africaine Upupa africana et la Huppe de Madagascar Upupa marginata, ont longtemps été considérées comme des sous-espèces de la Huppe fasciée. Ces espèces sont parfois placées par certains auteurs dans leur propre ordre, les Upupiformes.

La Elle fréquente les jardins, les vergers et les vignes ainsi que les zones ouvertes de terre nue ou d'herbe rase où elle peut aisément se nourrir.Huppe fasciée peuple les régions chaudes et tempérées de l'AnDu latin upupa, origine onomatopéique tirée de son chant (« houp-oup-oup »), qui lui a valu son nom dans beaucoup de langues et dialectes, par exemple en anglais (hoopoe), en italien (upupa), en hollandais (weide-)hop etc. De même, elle est appelée « bout bout » dans le centre de la France. Elle est aussi nommée « pue pue » dans certaines régions, allusion à la mauvaise odeur de son nid. Le qualificatif « fascié » fait référence aux rayures noires et blanches de son plumage (huppe, ailes et rectrice).cien Monde.

Source texte:Wikipedia

Photos de JP
Photos de JP
Photos de JP
Photos de JP
Photos de JP
Photos de JP
Photos de JP

Photos de JP

Voir les commentaires

Rédigé par Le blog sur Chatillon sur Indre

Repost0

Publié le 8 Novembre 2013

Le château d'AZAY-le-FERRON apparaît aux yeux des visiteurs comme un exemple typique des beaux châteaux de la Loire. Il est pourtant situé aux portes de la Brenne. AZAY-le-FERRON dépendant de la Baronnie de Preuilly sur Claise, était par conséquent situé dans la province de Touraine.

Le château est constitué de quatre parties construites à différentes époques : la tour Frotier (fin XVème), l'aile d'Humières (mi-XVIIème), le pavillon François 1er (XVIème), et le pavillon Breteuil (XVIIIème). Les communs, dits l'aile Cingé, sont quant à eux du XVIIème siècle et sont reliés au château par une galerie inspirée de celle du château de Valençay et construite en 1926.

Plusieurs grandes familles ont été propriétaires d'AZAY-le-FERRON, notamment Grégoire Michel, banquier pour les armées de Napoléon. Le château a par la suite été vendu en viager, au XIXème siècle, à la famille Luzarche, famille de Maitre de Forges. En 1950, Madame Hersent, fille de Madame Luzarche, a légué le château et le domaine attenant à la ville de Tours.

Monsieur Luzarche entretenait un bel équipage de vénerie dont la devise était "Jusques au bout". Un loup empaillé dénommé "cacao" est exposé dans le grand escalier. Son histoire mérite d'être racontée : un jour, alors qu'il chassait le loup à courre, l'équipage d'Azay attrapa une louve qui venait de mettre au monde des louveteaux. L'un d'entre eux fut catpuré et apprivoisé, puis il participa à la chasse avec la meute de chiens. A l'âge de douze ans, devenu aveugle, il se noya dans l'un des bassins du parc du château, et en souvenir fut empaillé.

Source texte:

Photos de JP
Photos de JP
Photos de JP
Photos de JP
Photos de JP
Photos de JP
Photos de JP
Photos de JP
Photos de JP
Photos de JP

Photos de JP

Voir les commentaires

Rédigé par Le blog sur Chatillon sur Indre

Repost0

Publié le 6 Septembre 2013

Photos de JP.Toutes reproductions sur support actuel ou futur interdite sans autorisation.
Photos de JP.Toutes reproductions sur support actuel ou futur interdite sans autorisation.

Photos de JP.Toutes reproductions sur support actuel ou futur interdite sans autorisation.

Voir les commentaires

Rédigé par Le blog sur Chatillon sur Indre

Publié dans #Chatillon Pittoresque

Repost0

Publié le 6 Septembre 2013

Photos de JP.Toutes reproductions sur support actuel ou futur interdite sans autorisation
Photos de JP.Toutes reproductions sur support actuel ou futur interdite sans autorisation
Photos de JP.Toutes reproductions sur support actuel ou futur interdite sans autorisation
Photos de JP.Toutes reproductions sur support actuel ou futur interdite sans autorisation
Photos de JP.Toutes reproductions sur support actuel ou futur interdite sans autorisation
Photos de JP.Toutes reproductions sur support actuel ou futur interdite sans autorisation
Photos de JP.Toutes reproductions sur support actuel ou futur interdite sans autorisation
Photos de JP.Toutes reproductions sur support actuel ou futur interdite sans autorisation
Photos de JP.Toutes reproductions sur support actuel ou futur interdite sans autorisation
Photos de JP.Toutes reproductions sur support actuel ou futur interdite sans autorisation
Photos de JP.Toutes reproductions sur support actuel ou futur interdite sans autorisation
Photos de JP.Toutes reproductions sur support actuel ou futur interdite sans autorisation
Photos de JP.Toutes reproductions sur support actuel ou futur interdite sans autorisation
Photos de JP.Toutes reproductions sur support actuel ou futur interdite sans autorisation
Photos de JP.Toutes reproductions sur support actuel ou futur interdite sans autorisation
Photos de JP.Toutes reproductions sur support actuel ou futur interdite sans autorisation

Photos de JP.Toutes reproductions sur support actuel ou futur interdite sans autorisation

Voir les commentaires

Rédigé par Le blog sur Chatillon sur Indre

Publié dans #Chatillon Pittoresque

Repost0

Publié le 5 Septembre 2013

Photos de JP

Photos de JP ©Toutes reproductions sur support actuel ou futur interdite sans autorisation
Photos de JP ©Toutes reproductions sur support actuel ou futur interdite sans autorisation
Photos de JP ©Toutes reproductions sur support actuel ou futur interdite sans autorisation
Photos de JP ©Toutes reproductions sur support actuel ou futur interdite sans autorisation
Photos de JP ©Toutes reproductions sur support actuel ou futur interdite sans autorisation
Photos de JP ©Toutes reproductions sur support actuel ou futur interdite sans autorisation
Photos de JP ©Toutes reproductions sur support actuel ou futur interdite sans autorisation
Photos de JP ©Toutes reproductions sur support actuel ou futur interdite sans autorisation

Photos de JP ©Toutes reproductions sur support actuel ou futur interdite sans autorisation

Voir les commentaires

Rédigé par Le blog sur Chatillon sur Indre

Publié dans #Chatillon Pittoresque

Repost0

Publié le 29 Juillet 2013

Rédigé par Le blog sur Chatillon sur Indre

Repost0

Publié le 4 Juin 2013

Rédigé par Le blog sur Chatillon sur Indre

Repost0

Publié le 20 Avril 2013

Rédigé par Le blog sur Chatillon sur Indre

Publié dans #Brenne, #Chatillon sur Indre., #Eau, #Oiseaux

Repost0

Publié le 4 Avril 2013

 Journée du 25 février 2013.Neige sur Chatillon.

 

Oiseaux de nos jardins (25)

 

 

Oiseaux de nos jardins (26)

 

 

Oiseaux de nos jardins (27)

 

 

Oiseaux de nos jardins (28)

 

 

Oiseaux de nos jardins (29)

Voir les commentaires

Rédigé par Le blog sur Chatillon sur Indre

Publié dans #Chatillon Pittoresque

Repost0

Publié le 1 Avril 2013

Les photos ci dessous ont été prises à de grandes distances.Vous pardonnerez donc une qualité "moyenne" de celles ci.Les dernieres de la série font allusion à l'épisode neigeux qui est tombé sur Chatillon.Ces photos sont prises par JP ©

 

Oiseaux de nos jardins (11)

 

 

Oiseaux de nos jardins (12)

 

 

Oiseaux de nos jardins (15)

 

 

Oiseaux de nos jardins (16)

 

 

Oiseaux de nos jardins (17)

 

 

Oiseaux de nos jardins (18)

 

 

Oiseaux de nos jardins (19)

 

 

Oiseaux de nos jardins (21)

 

 

Oiseaux de nos jardins (23)

Photos de JP ©

 

Quand je parlais de grande distance,j'estime celle ci entre 40 et 50 metres.Pour rappel ces oiseaux pèsent en moyenne 10 grammes.Ils ne sont donc pas trés volumineux .

 

Voir les commentaires

Rédigé par Le blog sur Chatillon sur Indre

Publié dans #Oiseaux en Chatillon

Repost0

Publié le 31 Mars 2013

A Chatillon un large panel de petits oiseaux est représenté.Mésanges,Verdiers,Chardonnerets et autres moineaux ,grives et merles sans parler du rouge gorge sont présents.Chacun " pesant" entre 7 et 15 gr maximum.Le poids le plus courant étant autour de 10 grammes.

 

Oiseaux des jardins (1)

 

 

Oiseaux des jardins (2)

 

 

Oiseaux des jardins (3)

 

 

Oiseaux des jardins (4)

 

Oiseaux des jardins (5)

 

 

Oiseaux des jardins (6)

 

 

Oiseaux des jardins (7)

 

 

Oiseaux des jardins (8)

 

 

Oiseaux des jardins (9)

 

 

Oiseaux de nos jardins (1)

 

Oiseaux de nos jardins (10)

 

 

Oiseaux de nos jardins (9)

 

Oiseaux de nos jardins (2)

 

 

Oiseaux de nos jardins (3)

 

 

Oiseaux de nos jardins (7)

 

 

Oiseaux de nos jardins (8)

 

Photos de JP ©

 

Les photos ci-dessus ont été prises à de longue,trés longue distances.J'estime celle ci entre 40 et 50 metres.D'ou une qualité "moyenne" pour certaines.

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Le blog sur Chatillon sur Indre

Publié dans #Oiseaux en Chatillon

Repost0

Publié le 31 Décembre 2012

 

Noel 2012.Chatillon.JP (1)

L'hopital de Chatillon

 

Noel 2012.Chatillon.JP (2)

L'hopital de Chatillon

 

Noel 2012.Chatillon.JP (3)

L'hopital de Chatillon

 

Noel 2012.Chatillon.JP (10)

La Mairie

 

Noel 2012.Chatillon.JP (11)

 La Rue Grande

 

Noel 2012.Chatillon.JP (12)

 La rue Grande

 

Noel 2012.Chatillon.JP (13)

Place de la Libération

 

Noel 2012.Chatillon.JP (14)

 

Noel 2012.Chatillon.JP (15)

 

 

Noel 2012.Chatillon.JP (16)

Le donjon vu de la place du marché

 

Noel 2012.Chatillon.JP (17)

Place de la Libération

 

Noel 2012.Chatillon.JP (18)

 Place de la Libération

 

Noel 2012.Chatillon.JP (19)

 Place de la Libération

 

Noel 2012.Chatillon.JP (20)

Carrefour Saint Antoine

 

Noel 2012.Chatillon.JP (21)

Le maïl

 

Noel 2012.Chatillon.JP (4)

Place de la Résistance

 

Noel 2012.Chatillon.JP (5)

 

Noel 2012.Chatillon.JP (6)

 

Noel 2012.Chatillon.JP (7)

 

 

Noel 2012.Chatillon.JP (8)

 

Noel 2012.Chatillon.JP (9)

 

Voir les commentaires

Rédigé par Le blog sur Chatillon sur Indre

Publié dans #Chatillon Pittoresque

Repost0

Publié le 21 Novembre 2012

Par JP

 

Arc en ciel.Jipé.

 

 

Arc en ciel.Jipé. (1)

 

Arc en ciel.Jipé. (10)

 

Arc en ciel.Jipé. (11)

 

 

Arc en ciel.Jipé. (2)

 

 

Arc en ciel.Jipé. (3)

 

 

Arc en ciel.Jipé. (4)

 

 

Arc en ciel.Jipé. (5)

 

 

Arc en ciel.Jipé. (6)

 

Arc en ciel.Jipé. (7)

 

 

Arc en ciel.Jipé. (8)

 

Arc en ciel.Jipé. (9)

Voir les commentaires

Rédigé par Le blog sur Chatillon sur Indre

Publié dans #Photos libres de droits

Repost0

Publié le 30 Septembre 2012

 Vue de la Croix saint Saturnin.

 

 

Chatillon.Croix St Saturnin (14)+

Voir les commentaires

Rédigé par Le blog sur Chatillon sur Indre

Publié dans #Peintures numériques

Repost0

Publié le 30 Septembre 2012

Rédigé par Le blog sur Chatillon sur Indre

Publié dans #Peintures numériques

Repost0

Publié le 23 Septembre 2012

 

 

Haute .Touche.Jipé (5)

 

 

 

Haute .Touche.Jipé (6)

 

 

Haute .Touche.Jipé (7)

 

 

Haute .Touche.Jipé (8)

 

 

Haute .Touche.Jipé (9)

Voir les commentaires

Rédigé par Le blog sur Chatillon sur Indre

Publié dans #Zoo et Parc animalier

Repost0

Publié le 20 Septembre 2012

 

 

Haute .Touche.Jipé (39)

 

 

Haute .Touche.Jipé (4)

 

 

 

Haute .Touche.Jipé (40)

 

 

Haute .Touche.Jipé (41)

 

 

Haute .Touche.Jipé (42)

Voir les commentaires

Rédigé par Le blog sur Chatillon sur Indre

Publié dans #Zoo et Parc animalier

Repost0